Hôtel de ville de Rambervillers

Un chef-d’œuvre d'architecture Renaissance dans les Vosges

@Bernard Pierre

L'Hôtel de Ville de Rambervillers fut presque entièrement reconstruit en 1581, après l'incendie ordonné en 1557 par le baron de Polwiller, un prince mercenaire au service de Charles Quint.

Avec sa façade sur trois niveaux, dominée par les lignes horizontales et percée de fenêtres à meneaux, le bâtiment érigé au tournant du XVIème s. est un témoignage magnifique de l'architecture Renaissance dans les Vosges.

Vous serez séduit par l’impression de sobriété, de symétrie et de rigueur qui s’en dégage.


©2C2R

Depuis la cour intérieure, joliment fleurie, vous pouvez observer la tour-escalier, qui abrite un rare escalier à vis hélicoïdal, chef-d’œuvre du maçon rambuvetais Nicolas Bergier.

©Bernard Pierre

Lors de visites guidées organisées durant les Journées Européennes du Patrimoine, et sur demande pour les groupes, vous empruntez cet escalier qui vous conduit vers le salon d'honneur et la salle des commissions.

Sous réserve des nécessités de service, votre guide ne manquera pas de commenter plusieurs œuvres d'art liées à la défense héroïque de la Ville en 1870, mais aussi au peintre Charles Gratia, né à Rambervillers en 1815, qui fut le pastelliste officiel de la cour de Louis-Philippe, puis de la reine Victoria.

©Pascal Colombain

En vous rapprochant de la façade en grès bigarré des Vosges, vous découvrez, au-dessus des pilastres, des chapiteaux superbement ouvragés d'une grande finesse, représentant des sujets en vogue à la Renaissance : guerriers casqués, monstres, démons, angelots, etc.

Sur l’un de ces chapiteaux, la femme surgissant d’un nuage pourrait être une allégorie de Rambervillers renaissant à la vie après le Sac de 1557, qui faillit avoir raison d’elle. Cette femme, qui brandit une auréole et la palme du martyre, rappelle Sainte-Libaire, protectrice de la Ville.

Sur la porte d’entrée, prenez le temps de vous étonner devant le heurtoir, animé par deux personnages joufflus, coiffés de mitres, se faisant face. Il s’agit des évêques de Metz, dont dépendait la Ville au temporel, et des évêques de Toul, qui en assuraient la direction spirituelle. La mystérieuse boule entre eux représenterait la pomme de discorde, leurs relations au fil des siècles ayant été plutôt houleuses.

©Jean-Louis Ferry

Informations pratiques

Visites guidées de l'Hôtel de ville

Pour connaître les dates des visites guidées, n'hésitez pas à contacter le Syndicat d'initiative de Rambervillers au 03.29.65.49.10. ou via sa page Facebook.

Comment venir ?